Les leçons de la programmation hors-ligne des robots de soudage avec Almacam Weld

Publié le 15/04/2021

10 leçons pour comprendre les bénéfices de notre solution de PHL et pourquoi elle est incontournable pour programmer vos robots de soudage.

Vous êtes équipés de robots de soudage ou vous projetez d’investir dans une cellule de soudage robotisé ? Vous devez alors vous poser la question de l’intérêt d’un logiciel de programmation hors-ligne pour piloter vos robots. Car la PHL, qui permet de programmer graphiquement un robot à partir d’une scène virtuelle et de simuler ses mouvements, est plus qu’une alternative à la programmation classique par apprentissage…

Nous vous expliquons en 10 leçons pourquoi notre solution de PHL est incontournable pour programmer vos robots de soudage. Laissez-vous séduire par Almacam Weld !

Leçon n°1 : Programmer jusqu’à 10 fois plus rapidement que par apprentissage

Programmer jusqu'à 10 fois plus rapidement que par apprentissage

La programmation par apprentissage consiste à réaliser le programme directement sur le robot. Le soudeur emmène via le boîtier de commande le bras du robot à un point de la trajectoire puis à un deuxième point puis à un autre point et ainsi de suite. A chaque point, le soudeur demande au robot d’enregistrer les coordonnées du point, le mouvement (linéaire, circulaire, lissé ou pas, etc.), le démarrage et l’arrêt de l’arc, l’ajout des paramètres tels que le suivi de joint, etc. Tout est réalisé manuellement. A tel point qu’en moyenne, une minute de soudure robotisée nécessite une heure de programmation. Pour les grands ensembles, ce temps peut être beaucoup plus long. [Métal Interface]

La programmation hors-ligne quant à elle permet de programmer graphiquement un robot à partir d’une scène virtuelle et de simuler ses mouvements. Les assemblages à souder ainsi que les outillages sont importés de la CAO en 3D. Grâce aux outils de programmation et de simulation, la PHL permet à l’utilisateur de mettre au point ses programmes dans les meilleures conditions.

Si les temps comparés de PHL et de programmation par apprentissage varient selon le type et la complexité des pièces à souder, on peut toutefois estimer que notre PHL Almacam Weld est jusqu’à 10 fois plus rapide que la programmation par apprentissage, et ce sans compter le temps gagné en n’immobilisant pas le robot.

Leçon n°2 : Maximiser le temps de soudage de vos robots

Maximiser le temps de soudage de vos robots

Lorsque l’on programme un robot par apprentissage, celui-ci ne soude pas. Or nous avons vu que cela pouvait représenter un temps important… A l’inverse, la programmation hors-ligne est réalisée en temps masqué, elle n’immobilise donc pas le robot. Pendant ce temps, celui-ci peut être pleinement utilisé pour ce à quoi il est destiné : souder et produire. Même si la PHL peut nécessiter quelques interventions sur le robot, notamment pour tester ou retoucher le programme, cette méthode augmente considérablement la productivité de l’installation robotisée en maximisant le temps productif du robot et en diminuant le coût de la programmation.

Leçon n°3 : Anticiper la programmation de vos ensembles à souder dès leur conception

Anticiper la programmation de vos ensembles à souder dès leur conception

Pour réaliser un programme robot par apprentissage, il est nécessaire que l’ensemble à souder, autrement dit les pièces qui le composent ainsi que l’outillage, aient déjà été fabriqués et préparés pour la programmation avec le robot. Grâce à la PHL, toutes ces étapes successives qui mobilisent l’outil de production et induisent des contraintes ne sont plus nécessaires. La programmation des ensembles à souder et des outillages peut s’effectuer dès la conception de ceux-ci, sans attendre leur arrivée dans l’atelier.

Leçon n°4 : Améliorer la sécurité de vos opérateurs et de vos robots

Améliorer la sécurité de vos opérateurs et de vos robots

La programmation par apprentissage sur des ensembles de grande dimension peut être périlleuse quand l’opérateur doit monter à la hauteur des pièces qui peut atteindre 2 m ! De plus les temps importants passés à programmer par apprentissage près du robot dans des conditions difficiles augmentent le risque d’erreur humaine. Plutôt que de programmer à la console dans l’environnement potentiellement perturbant d’un atelier, la programmation hors-ligne s’effectue beaucoup plus confortablement depuis le Bureau d’Etudes ou des Méthodes grâce aux outils de simulation.

Leçon n°5 : Simuler la faisabilité du soudage de vos pièces sur le robot

Simuler la faisabilité du soudage de vos pièces sur le robot

C’est un des avantages intrinsèques de la programmation hors-ligne : en prenant en compte toutes les caractéristiques du robot (vitesse, accélération, points singuliers…) et le calcul du temps de cycle, le logiciel de PHL permet de simuler à l’écran tous les mouvements du robot. Grâce à ces fonctions de simulation réaliste, l’utilisateur valide la configuration robotique et l’accessibilité, autrement dit la « soudabilité » des pièces sur le robot, et peut ainsi mettre au point ses programmes dans les meilleures conditions.

Leçon n°6 : Améliorer la qualité de vos soudures

La prise en compte précise des paramètres de soudage que permet la programmation hors-ligne contribue à l’amélioration de la qualité de soudure. Ainsi dans  le logiciel de PHL celle-ci est garantie par les positions de la torche (angle du bain de soudure, distance buse pièce) qui respectent les Descriptifs de Mode Opératoire de Soudage (DMOS).

Leçon n°7 : Reproduire facilement vos programmes sur des assemblages similaires

Le logiciel Almacam Weld comprend des fonctions avancées de duplication, de symétrie et de clonage qui permettent d’adapter automatiquement un programme réalisé à des assemblages de pièces semblables. Ainsi la programmation est beaucoup plus rapide et plus simple, et les produits d’une même gamme sont rapidement programmés en PHL.

Leçon n°8 : Prévenir les collisions entre le robot et l’assemblage à souder

olp-almacam-weld-lesson-8

En complément de la simulation réaliste des mouvements du robots qui permet de valider la « soudabilité » des pièces sur le robot (voir leçon n°5), le logiciel Almacam Weld utilise un puissant algorithme de recherche automatique de trajectoires robot avec évitement d’obstacles. Ceci permet de réaliser très simplement des programmes optimisés en prévenant tout risque de collision entre le robot et les pièces à souder.

À suivre…